Quand l’autisme ne ressemble pas à l’autisme

« Tout ce qui sort de la norme, et donc considéré comme anormal, n’est pas nécessairement inférieur ». (Hans Asperger)

Dans les années 1940, deux médecins autrichiens Léo Kanner (pédopsychiatre) et Hans Asperger (psychiatre) ont décrit indépendamment l’un de l’autre, pour la première fois le syndrome d’Asperger. En 1944, L. Kanner émigré aux Etats-Unis fait paraître son article en anglais rapidement connu mondialement. Tandis que les travaux d’Hans Asperger, en allemand moins accessibles qu’en anglais ne seront découverts que dans les années 1980

Ce n’est qu’en 1981 que la communauté scientifique prend connaissance du syndrome d’Asperger.

En 1944, H. Asperger remarquait chez les enfants qu’il appelait « mes petits professeurs  : « les enfants normaux acquièrent les habitudes sociales dont ils ont besoin inconsciemment. Ils apprennent instinctivement. Ce sont ces relations instinctives qui sont atteintes » les enfants Asperger « sont des automates intelligents. L’adaptation sociale doit passer par l’intellect. En fait, il doivent tout apprendre en passant par l’intellect »

Le syndrome d’Asperger est un trouble envahissant du développement du spectre autistique qui a une origine neurobiologique, sans retard mental. Il s’agit d’une forme d’autisme invisible « il ne se remarque pas » Les personnes Asperger d’intelligence moyenne ou supérieure, sans handicap mental présentent une déficience marquée dans les interactions sociales et la communication.. Elles vivent dans un monde qui leur est étranger. Pour faire avec, elles compensent en utilisant toutes sortes de stratégies qui masqueront en partie leur handicap. Leur intelligence et leur comportement d’adaptation nous trompent. D’où la difficulté de poser le diagnostic.

Pour obtenir un diagnostic : il faut une consultation chez un psychiatre, ou un neurologue, ou un psychologue titulaire d’un doctorat, puis prendre un rendez-vous avec un Centre Ressources Autisme (CRA) régional www.autism.fr/fr/carte-cra ou dans certains hôpitaux qui ont un Centre Expert Asperger, tels que l’Hôpital Albert Chenevier – Pôle de Psychiatrie du Pr Leboyer – 40, rue de Mesly – 94010 CRETEIL  – Tél 01 49 81 32 90-

Il existe aussi un Test d’auto-évaluation ASQ, créé par Simon Baron-Cohen : www.wired.com/wired/archive/9.12aqtest.html

Seul le diagnostic officiel donne incontestablement la possibilité de mettre en place une combinaison d’accompagnements afin de réduire les effets les plus handicapants pour la personne avec asperger et son entourage.


×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up